CAFI Sainte livrade Noyant, camp de rapatriés d'indochine
Sortie du forum vers : Accueil - Cafi - Photos - Livre d'or - Contact 



 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Collectif pour la défense des habitants du CAFI


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Rapatriés français d'indochine au CAFI Index du Forum -> L'association CEP-CAFI
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
daniel



Inscrit le: 31 Oct 2006
Messages: 319

MessagePosté le: Jeu Mar 29, 2007 00:45    Sujet du message: Collectif pour la défense des habitants du CAFI Répondre en citant

Les associations ( CEP , ARAC , AACI , Mémoire d'Indochine ) se sont réunies en collectif pour mieux défendre les habitants et la mémoire du CAFI .Je vous adresse la lettre collective adressée au directeur de l'ANRU (Agence Nationale de la Rénovation Urbaine ) ,à Mr le Maire de Sainte Livrade, à Madame VAUTRIN ,ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité.

Les associations : ARAC , ARAC , CEP , Mémoire d’Indochine
COLLECTIF POUR LA DEFENSE DES HABITANTS ET DE LA MEMOIRE DU CAFI
C/O M. Daniel FRECHE
11 Allée Robert Schmitt
93320 Les Pavillons Sous Bois Le 22 février 2007

A
Monsieur le Directeur de l’ANRU

O B J E T : Projet de rénovation du CAFI de Sainte Livrade sur Lot - 47110 -
Les Associations ARAC (Association des Amis et Résidents du CAFI), AACI (Association pour l’Art et la Culture d’Indochine), CEP (Coordination des Eurasiens de Paris) et Mémoire d’Indochine,
s’appuyant sur les dispositions des lois et décrets concernant les rapatriés, en particulier de l’article 1 de la Loi du 26 décembre 1961 et les décrets d’application du 11 mars 1962, qui sont les seuls textes de loi dont relèvent les rapatriés d’Indochine encore vivants dans le Centre d’Accueil des Français d’Indochine de Sainte Livrade sur Lot,
considérant que les français d’Indochine ayant dû dans les termes de la loi de 1961 quitter les territoires d’outre-mer sont en droit de réclamer le bénéfice de « programme de construction de logement bénéficiant de l’aide de l’Etat », d’aides et d’indemnités spécifiques,

conscients que l’opération de rénovation urbaine menée par la Mairie de Sainte Livrade sur Lot en concertation avec L’ANRU va bouleverser de manière définitive et irréversible le site du CAFI et les conditions de vie de ses habitants,

se constituent en collectif pour la défense des habitants et de la mémoire du CAFI.

Ce collectif, estimant que la rénovation du CAFI obéit à une loi du changement historique irréversible à laquelle personne ne peut s’opposer, avance cependant plusieurs remarques concernant le projet qui a été présenté le 20 janvier 2007 aux habitants du CAFI :

1 : Ce projet a été discuté de façon unilatérale entre la Mairie de Sainte Livrade et l’ANRU. Le collectif réclame désormais que les habitants du CAFI soient représentés à tous les stades de décision et de conclusion du projet de rénovation du CAFI, afin que leurs intérêts matériels et historiques sur ces lieux soient défendus et respectés.
En effet, ils s’étaient vus octroyés par l’Etat français non seulement des logements mais aussi un lieu d’accueil ; durant les cinquante ans de leur présence ils ont fait vivre ces lieux qui représentent aujourd’hui le lieu même de leur enracinement et le dernier témoin de la présence française en Indochine.

2 : Lors de la réunion du 20 janvier 2007, les représentants de la Mairie de Sainte Livrade ont présenté aux habitants du CAFI un plan de rénovation, dont certains points témoignent d’un réel souci d’écoute, d’accompagnement et d’aide en direction de ceux qui feront l’objet de cette opération.

3 : Cependant le collectif ne peut accepter plusieurs points du nouveau plan présenté :

- Il n’y a aucune nécessité de faire traverser le CAFI par la voie principale qui reliera la nouvelle zone urbaine au centre ville : avec le découpage du site en zones à habitat de type HLM et zones de lotissement destinés à la vente, il y a le risque de couper le site du CAFI en deux : un nouveau CAFI pour les riches et un CAFI à habitats sociaux : au risque de la mixité sociale implicite dans tout projet de construction financé par l’ANRU s’ajoute un risque de fracture sociale, que cette voie traversant le nouveau CAFI ne fera qu’aggraver et qui est contraire à toute la vie qui s’est développée dans le CAFI depuis ses origines. Cette route pourrait passer derrière le CAFI le long de la clôture séparant le CAFI des champs environnants.

- Le collectif ne comprend pas la nécessité d’inclure dans le surface réservée à la Mémoire des lieux un bassin de rétention d’eau, qui n’a rien à voir avec le CAFI et risque de dénaturer les installations prévues sur ce site.

- Seul un nouveau plan des lieux a été présenté : aucun projet architectural n’a été présenté (maquette générale, maisons et habitats type) ; rien ne garantit l’unité de l’ensemble tant au point de vue urbain qu’architectural.

- Le collectif réclame que se mette en place en concertation avec les associations, les représentants de l’ANRU, de la Région, du Département et de la municipalité, une structure permettant de définir et de construire le lieu de mémoire, projet à définir en même temps que l’édification des logements et des îlots d’habitation.

- Le collectif regrette que les personnes issues du CAFI, qui ont conservé le logement de leurs parents décédés n’aient d’autre choix que de se voir exproprier et de quitter définitivement ces lieux dont leur mémoire est encore remplie, sans obtenir aucune garantie pour eux de trouver une solution acceptable.

Pour tous ces points litigieux concernant le projet de rénovation du CAFI, espérant que le plan présenté le 20 janvier 2007 n’est pas définitif et que comme l’a dit Madame Marthe GEOFFROY, Première adjointe au Maire de Sainte Livrade « le plan de la voirie ne sera pas figé et peut bouger, le tracé est indicatif mais pas définitif », le collectif de défense des habitants et de la Mémoire du CAFI demande d’être entendu par Monsieur le directeur de l’ANRU et associé à toutes les décisions et conclusions relatives au projet de rénovation du CAFI.

Les Présidents des associations ARAC, AACI, CEP et MEMOIRE D’INDOCHINE


Président de l’ARAC : Patrick FERNAND

CAFI .
47110 de Sainte Livrade / Lot


Président de l’AACI : Matthieu SAMEL



Président de la CEP : Daniel FRECHE

11 Allée Robert Schmitt
93320 Les Pavillons Sous Bois


Président de
Mémoire d’Indochine : Georges MOLL

Nombel Route d’Agen
47110 Sainte Livrade .
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nina
Administrateur


Inscrit le: 23 Jan 2005
Messages: 452
Localisation: 94

MessagePosté le: Lun Mai 28, 2007 20:17    Sujet du message: Répondre en citant

La lettre du préfet en PDF imprimable :
http://www.rapatries-vietnam.org/collectif-cafi-prefet.pdf
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Rapatriés français d'indochine au CAFI Index du Forum -> L'association CEP-CAFI Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Sujet - Collectif pour la défense des habitants du CAFI

Cafi Sainte Livrade